RÉALISATION SOUDAINE D’UN LUNDI PLUVIEUX

J’ai vécu aujourd’hui ce qu’on appelle une révélation.

Ben non, pas d’apparitions ni de Témoins de Jéhovah à ma porte, je parle d’une réflexion qui a mûri.

J’ai voulu m’offrir une petite journée de congé de rédaction, non pas parce qu’écrire des billets sur ce blogue est une corvée, loin de là, mais parce que je voulais un peu profiter du moment présent. Alors que je commence à me sentir pas mal comme sur un nuage en ce moment dans ma vie, je veux apprécier et savourer ce qu’elle m’apporte de merveilleux depuis quelques semaines.

Ce soir, alors que je réfléchissais aux articles que j’ai envie d’écrire pour le blogue cette semaine, une pensée m’a effleurée l’esprit: « si seulement tout ça pouvait me donner un salaire« . Cette pensée est récurrente et bien que j’éprouve un immense plaisir à écrire ici et d’autres blogues où je collabore, il n’en reste pas moins que j’aimerais que ça apporte du pain sur ma table.

Puis, suite à cette réflexion, pour la première fois depuis que j’écris, mon cerveau a répondu: « Puis, qu’est-ce que ça change que ça te paie ou non?« .

Et là, j’avoue que j’ai eu l’effet d’une claque en pleine face.

J’ai passé une bonne partie de ma vie à écrire pour être reconnue, pour que ça me procure des gains, une crédibilité. Dans un article qui date de l’an passé, j’exposais cette situation qui m’avait plutôt laissée un goût amer. J’attendais que Portraits m’amène des offres, une visibilité, en vain. Je voyais de par les statistiques que j’étais pas mal lue, mais le peu de commentaires et d’offres que mes billets engendraient me permettaient trop peu à mon goût de saisir le pouls de mon lectorat, de vraiment comprendre que je faisais quelque chose de pertinent.

Voyez-vous, pas plus tard que ce matin, je me suis dit que ma vie serait donc bien parfaite si j’arrivais à être travailleuse autonome, faire de la rédaction, entretenir un blogue qui m’amène des contrats, collaborer au contenu d’autres blogues plus visibles. Puis ce soir, j’ai réalisé que je faisais déjà tout ça; excepté que ça ne me paie pas. Mais qu’est-ce que ça change au final? Je suis stimulée, je me sens accomplie, je retire du plaisir à m’installer pour rédiger…c’est tout ce qui compte, non?

Que ça m’apporte des contrats, une rémunération, de la visibilité, des fans…tout ça n’est qu’un détail. Je fais ce que j’aime. Pourquoi j’attendrais que ça me paye pour me sentir accomplie? Pour que je sentes que je réalise mes désirs? C’est comme si tant et aussi longtemps que ça ne me permet pas de gagner ma vie, je me sentirais comme si je me réalisais pas. Quand on y pense bien, c’est ridicule.

Je ne sais pas trop vous êtes combien à me suivre, mais je n’ai plus les envies d’avant à vouloir tout arrêter parce que je considère que vous n’êtes pas assez et donc que ça ne vaut pas la peine. À la limite, je le fais pour moi; qu’on me remarque ou non n’est qu’un simple détail. 

J’ai décidé que j’allais être fière de ce que je fais et que surtout, je le ferais par plaisir parce que le reste n’est qu’accessoire. J’écris à mon goût, comme ça me plaît, avec des anglicismes et des mots qui n’existent pas vraiment. Je fais des fautes aussi parfois. Je ne suis pas parfaite, mais je fais ce que j’aime. 

Sur mon Linkedin, vous verrez que je suis blogueuse et rédactrice.

Ce n’est pas parce qu’aucune payroll le confirme que c’est faux.

———–

Photos: Pinay.com

Publicités

ASSUMER SON CÔTÉ PANTOUFLARD: MODE D’EMPLOI

 

S’il y a une chose que j’ai ÉNORMÉMENT de difficulté à avouer c’est mon côté paresseuse/procrastinatrice experte. Dans une société où la performance est de mise, où on devrait constamment s’affairer à quelque chose d’utile et de pertinent, on dirait qu’il est très mal vu d’être quelqu’un qui apprécie particulièrement ne rien faire.

Oui, il m’est arrivé très souvent d’annuler des soupers, des rendez-vous et même de pas rentrer au travail tout simplement parce que je voulais me reposer. Et comme c’est plutôt tabou et non-accepté de dire à quelqu’un « T’sais notre souper prévu depuis des semaines là pour ce soir? Ben finalement, non. Je vais rester chez nous en pydj devant Netflix« , ben on finit par inventer beaucoup trop de maux de tête et on se sent cheap (je m’excuse les filles :/ ).

Notre amour-propre est fragile; personne n’aime se faire dire qu’un divan est préféré à notre présence. C’est normal, mais en même temps, pourquoi on ne pourrait pas juste être honnête et savoir le dire que cette fois, ça nous dit pas? Qu’on veut se reposer et manger des céréales à la maison pour souper plutôt qu’un tartare de saumon dans un resto branché? Plus je vieillis, plus ces moments se font récurrents. J’ai jamais été une fille de bar, de nightlife et ce n’est certainement pas à 34 ans que je vais commencer.

Faque oui, je suis une piètre amie. Je veux pas souvent sortir et donc, ça implique que je vois pas tant de gens,  mais en même temps, je suis une pas pire solide solitaire depuis un an ou deux faque ça m’affecte pas trop, sauf quand je dois justifier à mes amis que je les aime même si je les vois pas et/ou qu’on m’adresse des reproches en ce sens.

J’ai toujours un malaise à dire aux gens qu’avec mes semaines au boulot et mes autres petits contrats je suis brûlée lors de mes congés et que j’ai juste envie de m’écraser. Y’aura toujours quelqu’un quelque part pour me dire « My God! Mais qu’est-ce que tu vas faire quand tu vas avoir des enfants? » Ça ou quand je dis que je ne suis pas allée travailler parce que j’avais besoin de me reposer, y’aura toujours dans le regard des gens un genre de « Wow, toute une adulte  zéro responsable-employée pas fiable, ça han?« 

time-you-enjoy-wasting-was-not-wasted

Oui, j’assume! Je suis une matante fatiguée qui aime flatter son chat en écoutant la télé le samedi soir. J’ai le goût de rester en pyjama toute la journée et je suis une paresseuse qui aime mieux manger des toasts au beurre de peanuts pour souper au lieu de me pomponner pour sortir manger. J’ai pas le goût de prendre le bus durant mes jours de congés, encore moins de me mettre du fond de teint. Y’a des journées où je me réveille et que je sais que le seul endroit où je serai efficace c’est seule et en silence, entre mes 4 murs.

JE. VEUX. RESTER. CHEZ. NOUS. PIS. M’ÉCRASER. Ok?

Donc, c’est ça le mode d’emploi: l’avouer. C’est tout.

JE M’ASSUME COMME PARESSEUSE, BON et SVP, veuillez dealer avec.

Sur ce, je m’en vais paresser.

————

Photos: Bobkova_lena et ilikequotes.com

5 ASTUCES POUR UNE MAISON ZEN

Si vous vous êtes déjà intéressé au Feng Shui, vous savez-bien que c’est plutôt difficile de fengshuizer sa maison à moins d’arracher des murs et de déplacer des fenêtres . Ne soyons pas plus catholique que le pape et tentons plutôt d’optimiser notre environnement afin de rendre notre appart/maison zen, tout simplement.

Les plantes

En plus d’être jolies à regarder, les plantes d’intérieur contribuent à purifier l’air de la maison et à la dépolluer. Il semblerait également que des études scientifiques auraient prouvé que certaines espèces ont des vertus bénéfiques sur notre santé et notre équilibre psychologique. On serait fou de s’en passer!

L’aération

L’air de nos maisons se pollue rapidement, d’où l’importance d’ouvrir les fenêtres même en hiver. Évidemment, on y va avec logique et gros bon sens et donc, que pour quelques minutes par jour. L’air intérieur se pollue plus rapidement que l’air extérieur. Une maison non aérée peut alors générer des maux de têtes et autres troubles de santé chez ses occupants. On se met donc une petite laine et on aère même au froid!

11decd94a7f7e5060541ba49db6cdd36
Photo: Pinterest

L’époussetage

Parce qu’on déteste tous faire le ménage, nous sommes porté à le faire rapidement et à tourner les coins ronds. Si vous êtes comme moi, vous nettoyez régulièrement vos planchers, mais l’époussetage se fait reléguer au plan « pas aujourd’hui », plus souvent qu’autrement.Alors qu’elle semble plutôt inoffensive, la poussière renferme des éléments nocifs dont les phtalates, les émanations de produits d’entretien et des agents cancérigènes pour ne nommer que ceux-ci. La poussière serait responsable de bon nombre d’infections respirations et même de cas d’asthme. À vos plumeaux!

L’ordre

Même si on déteste tous ça, nous devrions prendre une journée par saison pour faire de l’ordre dans  et sur nos meubles, armoires et penderies. Pourquoi? Parce que ça permet d’alléger notre espace, de mieux faire circuler l’air et aussi, ça nous évite des crises de nerfs quand on cherche quelque chose qu’on ne trouve pas. On en profite alors pour donner des vêtements qu’on ne porte plus, des appareils qui ne sont plus utilisés et autres articles qui prennent plus d’espace que leur nécessité. Vous comprendrez également que ça facilite le ménage d’avoir un espace plus dégagé et que c’est beaucoup plus agréable pour l’oeil de voir une maison rangée.

Égayer nos sens

Pour être bien chez soi, il faut que nos sens soient stimulés et comblés. On affiche de beaux cadres, on installe de belles plantes,  de jolis meubles et articles de décoration qui attirent notre regard. On diffuse un parfum discret qu’on apprécie et on évite les bruits désagréables et non nécessaires. On peut se mettre une musique que l’on affectionne ou pourquoi ne pas tenter d’apprécier le silence?

MÉLANIE

Quelle est la plus grande fierté dans ta vie?

« Ma famille, des liens qui nous unis. Mes enfants, notre lien. Mes parents et mon frère, la force de notre amour, notre soutien, notre écoute et notre compréhension. »

Quel est ton plus grand rêve?

« Profiter de la vie autant que je peux pour avoir le sentiment d’avoir réussi ma vie. Je suis sur la bonne voie, j’en suis très fière. » 

LE MIEUX-ÊTRE ABORDABLE À MONTRÉAL

Quand on pense aux spas, massages, retraites de méditation et cie, on se dit souvent que c’est un luxe mieux-être qu’on ne peut pas se permettre.

Détrompez-vous, plus d’endroits que vous ne le croyez offrent des services détentes à prix réduits. Il n’est aucunement nécessaire de se ruiner pour prendre soin de nous et mettre notre mental à off le temps d’une journée.

Scandinave spa du Vieux-Montréal

Situé en plein coeur de la section touristique du Vieux-Port de Montréal, ce spa de ville offre détente, confort et luxe à petits prix du lundi au jeudi (non-valide les jours fériés). Vous serez totalement charmé par le parfum d’eucalyptus ambiant, les bains de thermothérapie à l’eau salée et les divins thés qu’ils offrent gratuitement. Pour seulement 35$, vous pourrez y passer la journée à vous prélasser et tout le nécessaire vous sera fourni. Vous n’avez qu’à apporter votre maillot et votre interrupteur pour mettre votre cerveau en mode relaxation.

Scandinave Les Bains Vieux-Montréal, 71 rue de la Commune O., Montréal/514-288-2009

Moksha yoga

Là où le boulevard St-Laurent grouille de vie urbaine, le Moksha yoga fait fie à l’effervescence et offre un havre de calme et de belles vibrations. Sympathique studio de yoga où les enseignants sont vraiment accessibles et respectueux des limites des participants.L’expérience du yoga chaud est probablement ma plus belle découverte mieux-être de 2015. L’état de paix et de détente que l’on ressent après une séance est indescriptible. Les vendredis soirs, ils offrent les Karma Class. Rien de très compliqué: on apporte son tapis de yoga (ou on en loue un sur place à faible coût), on paie 5$ et on a droit à une classe de yoga chaud de niveau débutant d’une durée d’une heure. Les cours sont offerts en français ou en anglais (voir leur horaire sur leur site web). Satisfaction et détente garantie!

timthumb
Photo: Moksha yoga

Moksha yoga Montréal, 3863 boul. St-Laurent, Montréal./ 514-288-3863

Centre de méditation l’Émergence 

Situé dans le quartier Villeray, vous serez éblouie par la mission de ce centre. Leurs cours de méditations, offert de jour ou de soir, sont entièrement gratuits. Vos dons sont évidemment bienvenus et servent à payer pour les frais d’entretien et de location du local du centre. Tous les employés sont bénévoles et visent à faire connaître le mouvement spirituel d’origine indienne, le Brahma Kumaris. Rassurez-vous, pour y avoir étudié souvent, il ne s’agît pas d’une secte! En aucun temps, les bénévoles ne cherchent à vous recruter pour quoique ce soit, ni de nous faire acheter. Le but est de faire connaître le mouvement, mais surtout de transmettre les enseignements de la méditation au grand public et de les rendre accessibles. Ils offrent également des retraites de méditations à faible coûts pour l’hébergement, le transport et la nourriture. Une excellente référence pour commencer dans le merveilleux monde de la méditation.

Header_BK-MTL_Home14
Photo: Centre l’Émergence

Centre L’Émergence: 7501, rue St-Denis, Montréal./ 514-271-7717

Institut Claude De France (Esthétique)

Vous connaissez encore des salons esthétiques qui offrent des soins à prix abordables? Pas vraiment, n’est-ce pas? L’institut Claude De France fait un pied de nez aux instituts de luxe qui nous font payer pour leur mobilier plus que pour leurs services. Vous comprendrez qu’il ne faut pas s’attendre au luxe ici, mais on parle d’une institution bien reconnue sur l’avenue Mont-Royal depuis belle lurette. Un soin du visage à 39$? Oui, madame! Bon d’accord, j’en conviens qu’une extraction de comédons n’aide en rien la détente, mais le massage offert durant le soin, lui il nous comble pas mal! Vous en ressortirez toute fraîche et revigorée.

pn7kphttkg_c0d3315b_01ff_48d2_c1ab_21b8990e9b70
Photo: Institut Claude De France.

Institut Claude De France, 2023 Ave. Mont-Royal E, Montréal./ 514-524-4763

 

Pssst! Connaissez-vous d’autres endroits abordables à Montréal?