ASSUMER SON CÔTÉ PANTOUFLARD: MODE D’EMPLOI

 

S’il y a une chose que j’ai ÉNORMÉMENT de difficulté à avouer c’est mon côté paresseuse/procrastinatrice experte. Dans une société où la performance est de mise, où on devrait constamment s’affairer à quelque chose d’utile et de pertinent, on dirait qu’il est très mal vu d’être quelqu’un qui apprécie particulièrement ne rien faire.

Oui, il m’est arrivé très souvent d’annuler des soupers, des rendez-vous et même de pas rentrer au travail tout simplement parce que je voulais me reposer. Et comme c’est plutôt tabou et non-accepté de dire à quelqu’un « T’sais notre souper prévu depuis des semaines là pour ce soir? Ben finalement, non. Je vais rester chez nous en pydj devant Netflix« , ben on finit par inventer beaucoup trop de maux de tête et on se sent cheap (je m’excuse les filles :/ ).

Notre amour-propre est fragile; personne n’aime se faire dire qu’un divan est préféré à notre présence. C’est normal, mais en même temps, pourquoi on ne pourrait pas juste être honnête et savoir le dire que cette fois, ça nous dit pas? Qu’on veut se reposer et manger des céréales à la maison pour souper plutôt qu’un tartare de saumon dans un resto branché? Plus je vieillis, plus ces moments se font récurrents. J’ai jamais été une fille de bar, de nightlife et ce n’est certainement pas à 34 ans que je vais commencer.

Faque oui, je suis une piètre amie. Je veux pas souvent sortir et donc, ça implique que je vois pas tant de gens,  mais en même temps, je suis une pas pire solide solitaire depuis un an ou deux faque ça m’affecte pas trop, sauf quand je dois justifier à mes amis que je les aime même si je les vois pas et/ou qu’on m’adresse des reproches en ce sens.

J’ai toujours un malaise à dire aux gens qu’avec mes semaines au boulot et mes autres petits contrats je suis brûlée lors de mes congés et que j’ai juste envie de m’écraser. Y’aura toujours quelqu’un quelque part pour me dire « My God! Mais qu’est-ce que tu vas faire quand tu vas avoir des enfants? » Ça ou quand je dis que je ne suis pas allée travailler parce que j’avais besoin de me reposer, y’aura toujours dans le regard des gens un genre de « Wow, toute une adulte  zéro responsable-employée pas fiable, ça han?« 

time-you-enjoy-wasting-was-not-wasted

Oui, j’assume! Je suis une matante fatiguée qui aime flatter son chat en écoutant la télé le samedi soir. J’ai le goût de rester en pyjama toute la journée et je suis une paresseuse qui aime mieux manger des toasts au beurre de peanuts pour souper au lieu de me pomponner pour sortir manger. J’ai pas le goût de prendre le bus durant mes jours de congés, encore moins de me mettre du fond de teint. Y’a des journées où je me réveille et que je sais que le seul endroit où je serai efficace c’est seule et en silence, entre mes 4 murs.

JE. VEUX. RESTER. CHEZ. NOUS. PIS. M’ÉCRASER. Ok?

Donc, c’est ça le mode d’emploi: l’avouer. C’est tout.

JE M’ASSUME COMME PARESSEUSE, BON et SVP, veuillez dealer avec.

Sur ce, je m’en vais paresser.

————

Photos: Bobkova_lena et ilikequotes.com

Publicités

Une réflexion sur « ASSUMER SON CÔTÉ PANTOUFLARD: MODE D’EMPLOI »

  1. Ça m’énarve (c’est pire avec un a qu’avec un e) les commentaires « imagine quand tu vas avoir des enfants ». Comme si les gens sans enfant ne pouvaient pas être épuisés, comme si les parents avaient le monopole de la fatigue. Et comme si tous les parents étaient brûlés, alors que certains ont en masse d’énergie selon eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s