LA NOUVELLE ANNÉE, LES CHOIX ET MON AMI DENIS

Je trouve ça important en fin d’année de faire un bilan de nos réalisations ne serait-ce que pour notre satisfaction personnelle.  Je pense que c’est la clé pour arriver à déterminer de nouveaux buts et projets pour l’année à suivre.

Exercice un peu quétaine à la sauce psycho-pop pour certains, moi j’y vois plutôt une nécessité si aller de l’avant est notre but premier.

On parle souvent des années comme si elles avaient une personnalité bien propre et une influence directe sur notre vie : 2013 a été mauvaise, 2014 a été bonne, 2012 a été la plus difficile. Je ne pense pas surprendre personne en rectifiant que c’est nous-même et rien d’autre qui influence le cours de nos années. La vie n’est que des choix, tout le temps, sans même qu’on s’en rende compte. Chaque journée est une succession de décisions, aussi minimes soient-elles, et elles influencent irréfutablement nos vies.

Ouais.

En 2014, j’ai choisi d’être bien. En fait, une série de choix et donc d’expériences et de prises de conscience ont guidé cette prise de décision. Une fois qu’on fait ce choix, une série d’autres se présentent à nous : ceux de se mettre en action. Étape inévitable du changement.

J’ai toujours été une grande fan du confort : ne rien bousculer inutilement, laisser les choses aller, se dire que tout va bien, que tout fonctionne. Dans le confort, on retrouve souvent la présence de notre ami le déni  (ou Denis si on tient à le personnifier vraiment). Cet « ami » travaille très fort pour nous convaincre que tout va bien et que rien n’est à changer. Adepte de cocooning et de routine bien installée, Denis (on a été très intime), nous incite à la fuite, au sens propre comme au figuré. Certains vont se perdre dans le travail, d’autres dans leur vie familiale et certains autres, plus aventureux (ben oui, des paradoxes), vont aller voir au bout du monde s’ils y sont. On ne se trouve jamais vraiment ailleurs (spoiler alert!), mais on s’oublie en fait. Ce cré Denis fait bien son travail.

Un jour, Denis prend congé et on se retrouve seul face à nos doutes, nos craintes et nos remises en question. Même l’ami EGO est sorti avec Denis ce jour-là. On se regarde donc bien en face, puis on se rend compte qu’on ne peut plus jouer la comédie. On n’a jamais vraiment été dans l’UDA et notre mise en scène est un authentique fait vécu.

Denis rentre au poste de moins en moins souvent à partir de ce moment-là.

Donc 2014 a été ça pour moi : Me regarder enfin dans le miroir. Processus qui est venu à maturation après un 2013 destructeur sur à peu près tous les plans de ma vie. Cadeau empoisonné que cette chute drastique au fond du baril. La chute provoque un inconfort et on se rappelle que Denis n’est pas ben ben à l’aise quand il n’a pas ses pantoufles et son divan.

J’étais rendue à parler de l’étape de faire le choix de se mettre en action (je sais, je suis difficile à suivre).

Pour faire une analogie un peu boiteuse, imaginez-vous sur votre divan, bien installé. Votre Iphone est hors de portée. Denis est assis avec vous pour jaser et vous changer les idées, donc vous ne jugez pas importante l’idée de publier une photo de vos pieds pantouflés sur Instagram. Vous êtes diverti. Quand Denis prend congé, c’est long et plate sur le divan. Vous avez beau être confortablement installé, mais il manque quelque chose, ça vous gruge, c’est plus fort que vous. Après moult soupirs, vous finirez par vous lever et vous irez chercher votre Iphone (et accessoirement, vous publierez une photo de vos pieds pantouflés).  C’est ça se mettre en action. Quand Denis est parti, tu quittes ton confort douillet pour aller t’occuper.

Je l’avais dit: analogie boiteuse. Je parle d’un Iphone comme d’une occupation constructive. M’enfin.

En 2014, je suis allée m’occuper. J’ai appris, réalisé et accompli. Rien de très extravagant encore, mais juste assez pour me donner le goût de me lever encore plus souvent de mon divan douillet.

Pour 2015, je ne pense pas que Denis va revenir souvent. L’ami EGO lui est encore pas mal là souvent, mais il a appris à se taire et à me laisser un plus grand rôle dans la mise en scène de mon fait vécu présentement à l’affiche.

J’espère me rappeler cette année, à chaque matin, à mon lever, que je suis devant mille et une possibilités (J’ai pas tant cherché à ce que ça rime, promis) et que chacune de ces possibilités dépendront uniquement de mon habileté et de ma volonté à faire les bons choix pour moi. Et ça, je vous le souhaite tout autant. Vraiment.

Parce que ce n’est pas 2015 qui sera extraordinaire…

Ce sera vous et moi.

Bonne et heureuse année.

Annie xx

____________

Photo : maxwellswaterloo.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s