RENAUD

Sa devise : « La vie est un jeu, si tu la vis en t’amusant, c’est ben plus l’fun »

DSC_0405
Quand il nous parle de tous les projets qu’il a en branle, Renaud nous donne un peu le tournis. Difficile à croire qu’une personne ait autant d’énergie et puisse arriver à s’engager dans autant de sphères. La philosophie de la vie qui l’anime a probablement quelque chose à voir avec ça.

« Tu dois être conscient dans tout ce que tu fais et suivre le chemin que tu établis pour toi, le chemin qui t’allumes. Fais ce que toi tu aimes faire. Vivre des expériences est tout à fait le but de tous mes projets ».

Depuis quelques années, Renaud est copropriétaire de la compagnie Morifone; il construit des guitares splendides qu’il revend ou garde pour sa collection personnelle. Il a en branle un projet d’écriture d’un E-book (livre électronique), il possède deux entreprises dans le domaine de la cigarette électronique et il écrit de la musique pour des publicités et compagnies de productions. En plus, il travaille comme chargé de projet marketing dans une entreprise de guitares et il est à produire un album avec son groupe musical Soda.

Essoufflé le Renaud?

«  Toutes les limites qu’on a dans la vie, on se les mets nous-mêmes. Dans tous mes projets, je ne suis pas un rêveur avec des objectifs démesurés; il n’y a aucune manière d’être heureux si tu cours après le bonheur. Quand on décide de ne plus se donner d’objectif, le succès est instantané. Il ne faut pas s’embarquer dans des projets pour qu’ils soient absolument victorieux, mais uniquement pour le plaisir ».

Il y a un an, Renaud dit que sa vie personnelle s’est écroulée devant ses yeux. Sa résilience l’a amené à se développer une nouvelle philosophie de vie.

« Pour moi, le seul moyen d’être bien est de ne rien vouloir, de sentir que j’ai déjà tout ce dont j’ai besoin. J’ai appris à être reconnaissant, à faire preuve de gratitude ce qui, selon moi, est la clé ultime du bonheur. Je médite à tous les jours et ça m’apporte énormément. Il faut être conscient de l’aspect éphémère de tout ce qui existe afin de profiter pleinement de ce que la vie nous donne».

Renaud vient d’un milieu aisé. Il est né d’un père juge à la Cour Supérieure et d’une mère avocate et il a fréquenté les meilleures écoles de Montréal. On s’attend parfois des gens issus d’un tel milieu qu’ils suivent les traces de leurs parents  ce qui n’est pas le cas de Renaud. S’il ne mise aucunement sur l’argent et le statut social pour être heureux, le plaisir et le bonheur restent ses seules priorités.

« Les parents n’approuvent pas toujours nos choix, mais on doit prendre les décisions pour nous-mêmes. En quelque sorte, c’est peut-être une certaine rébellion contre le conditionnement social que je mène. Mes parents, je les adore, mais ce qu’ils pensent de mes projets et occupations m’importe peu. Dès que tu portes de la valeur à ce que disent ou pensent les autres de toi ou de tes décisions, c’est toi le problème. Je crois qu’on ne devrait pas porter de valeur à ça. La vie n’est que des choix; uniquement les tiens et selon moi, la vie n’a qu’un seul but : celui que tu lui donnes ».

Quand on lui reflète qu’il pourrait écrire des livres de psycho-pop, Renaud pouffe de rire.

« La vie ne s’apprend pas par transmission. Tu dois vivre la vie toi-même pour apprendre les leçons. Tu dois être dans l’action ».

DSC_0394

Il y a quelques années,  Renaud rêvait grand, très grand. Qu’est-il advenu du grand rêveur qu’il était?

« Le succès vient toujours avec une certaine perte de liberté. Avant, j’étais un passionné obsessif; je voulais trop et j’aimais en m’accrochant. J’ai compris qu’on est les seuls responsables de notre souffrance et que pour moi, rêver grand ça me faisait voir la vie immense et me ramenait à ma petitesse. Alors l’ego embarque et on manque de confiance. Notre égo, c’est une construction mentale qui n’est pas nous. Y’a pas moyen d’être heureux si c’est lui qui prend le dessus ».

Il peut sembler curieux qu’un gars aussi engagé dans ses projets puisse ne pas être aussi animé par l’idée du succès. Ah! Mais c’est vrai. Son but n’est pas la victoire, mais le bonheur. Comme l’a dit si bien Roy Goodman : Happiness is a way of travel, not a destination (le bonheur est une façon de voyager, pas une destination).

Mais Renaud, et si on mène notre vie à tous les jours sans trop se poser de questions, sans trop réfléchir? Si on croit qu’on est bien dans la vie qu’on mène, mais qu’au fond, on étouffe des aspirations en nous, consciemment ou non? Comment savoir si nous faisons réellement ce qu’il faut pour être heureux vraiment?

 « Continuez de faire votre vie à votre manière si vous faites ce que vous croyez être bien et bon pour vous. Si vous vous trompez, la vie va vous rattraper et s’occuper de vous le faire savoir».

 

Crédits photos: Annie Murphy

_____

Entreprises

 Confection de guitares 

Entreprises de E-cigarettes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s