SOLÈNE

Sa devise : « Suis tes rêves »

« Y’a pas de petits ou de grands rêves; que des rêves qui nous allument. Ça prend les rêves pour se « driver ». Avec le temps, ils évoluent, se transforment, mais l’important, c’est de rêver. Un rêve à la fois et tout se place ».

DSC_0436

Celle qui jadis venait de terminer un cours en coiffure était loin de se douter que de garder le fils autiste d’une amie allait la mener à terminer un BAC en psychoéducation et à devenir une véritable touche-à-tout dans son domaine.

« Ce garçon a été le déclic. À l’époque, je savais que je voulais me réorienter, mais je n’avais aucune idée vers quoi. J’ai consulté un orienteur, mais c’est véritablement au contact du garçon de mon amie que ma voie s’est tracée. Il est pour toujours dans mon cœur ».

Allumée par le milieu communautaire, Solène s’est vite rendue compte que le bonheur d’aider les gens et l’accomplissement de se sentir utile était ce qui faisait brûler la flamme en elle. Sa principale clientèle était les parents et enfants. Impliquée à fond dans la vie communautaire, elle dit conserver le souvenir de superbes expériences de son travail acharné et de l’étroit contact avec la clientèle. Véritable passionnée, la psycho-éducatrice allait plus tard ajouter plus de cordes à son arc : l’enseignement et l’écriture.

«Quand j’ai eu mes propres enfants, je croisais des clients un peu partout dans mon quartier et j’avais un certain malaise à les côtoyer avec ma famille dans mon quotidien. De plus, j’étais tellement impliquée dans plusieurs sphères de l’organisme et je savais que je ne pourrais plus autant m’’engager avec ma vie familiale. J’avais une amie enseignante au collégial et j’ai décidé d’y tenter ma chance aussi. J’ai été embauchée en 2004 pour enseigner au département de techniques d’éducation spécialisée. Une nouvelle passion est alors née, celle de transmettre la mienne à des étudiants qui vibraient avec la même intensité que moi pour l’intervention. L’enseignement, c’est le contact avec l’autre, c’est d’aider, d’amener le futur éducateur à progresser et à cheminer, tant professionnellement que personnellement. C’est tout simplement fantastique ».

Loin de se limiter dans ses projets, Solène compte plus de 89 articles parus sur différents sites web et publications, notamment sur Maman pour la vie, Yoopa, Coup de pouce et Naître et grandir. Une autre grande réalisation : l’auteure a lancé pas moins de six ouvrages qu’elle a écrits, parfois en collaboration, en quatre ans et demi.

Quelques uns des ouvrages de Solène
Quelques uns des ouvrages de Solène

« J’ai toujours écrit, mais c’est véritablement durant mon deuxième congé de maternité que je me suis mise plus sérieusement à l’écriture. J’ai d’abord voulu écrire pour mes enfants, alors j’écrivais des allégories qui plus tard, sont devenues les vedettes d’un ouvrage. Une amie auteure m’a dit que ça avait du potentiel alors j’ai envoyé mon projet dans une maison d’édition et le livre a été publié. Depuis, ça ne s’est jamais arrêté ».

Elle a écrit et co-écrit plusieurs guides qui sont tous destinés aux intervenants et aux parents et enfants; sa clientèle de qui elle tient un bagage important d’expériences et de connaissances. Ce sont des ouvrages aucunement moralisateurs ni directifs, mais plutôt des guides légers, vulgarisés et tout à fait adaptables à chaque enfant par ses parents. Toutefois humble dans son succès, Solène précise être une intervenante qui écrit pour aider, mais ne se qualifie pas d’écrivaine proprement dit. Ses livres sont distribués en Europe et un de ses ouvrages est même traduit en espagnol.

Et le temps là-dedans? Où trouve-t-on le temps quand on écrit, quand on enseigne et quand on a une vie de famille bien remplie?

« Mon chum me compare à une pieuvre. J’ai constamment besoin de bouger et d’avoir un projet pour être heureuse. Quand l’angoisse me prend parce que je me sens submergée, je structure mon temps, je me fais des listes puis j’établis des priorités. Je me donne beaucoup au travail, mais l’été est pour moi une période de repos et peu importe la période de l’année, ma famille passera toujours en premier. Il arrive que mes enfants trouvent qu’ils ne me voient pas assez. Ils ont le don de me ramener à l’essentiel et ils me permettent de prendre ça plus molo par moments ».

montagedos

Solène avoue que son besoin de reconnaissance est très grand et que c’est ce qui la pousse à se donner autant. Elle mentionne toutefois avoir appris à dire non alors qu’auparavant, elle cherchait à être trop partout et à plaire à tous.

« Je n’ai pas de demi-mesure. Je suis zen ou pas du tout, le piton est soit à on ou off. Je fais souvent de la projection, j’ai de la difficulté à être dans le moment présent, à être capable de m’arrêter. Je dois apprendre à freiner au quotidien ».

Et hop! Un nouveau projet pour Solène.

____

www.solenebourque.com

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s